DÉCALÉ ÇA PEUT MARCHER

Jurer que dieu est bleu, jouer les mannequins xxl, faire des vidéos promo complètement absurdes ou venir danser vêtue d’une robe faite de viande… certains artistes redoublent d’imagination quand il s’agit de sortir de l’ordinaire. C’est aussi pour ça qu’on les aime.

decale_546x363
Jouer la carte du glamour comme Lana Del Rey ou de la grande classe façon Michael Jackson eighties n’est pas le parti pris par tous les artistes. La scène, les clips, les visuels & co sont des moyens supplémentaires de permettre au public de venir faire un tour dans l’univers de leurs idoles, qui redoublent d’imagination quand il s’agit de montrer qui ils sont. Sébastien Tellier, Gossip, Naive New Beaters et Lady Gaga : quatre styles bien différents qui témoignent d’un bon éventail de folies possibles et imaginables. Tour d’horizon avec les deux premiers. On vous garde les autres au chaud pour les ressortir bientôt.

Chapelier fou

On savait que Sébastien Tellier faisait partie des chanteurs français hors format, mais avec son dernier album,  »My God Is Blue », on entrevoit l’étendue de sa folie. Dans ce disque, qui contient selon son auteur  »la musique du futur », tout est fait de bleu : les gâteaux, l’esprit, la pochette, la peau… Absolument tout a pris la couleur favorite de Klein suite à quelques incantations chamaniques et absorption de substances à Los Angeles. Il va même jusqu’à créer une organisation, l’Alliance Bleue, prolongement de ses préceptes bizarroïdes. Au-delà de la musique, ses clips sont aussi un bon moyen de se convaincre de la teneur du délire, entre une mise en scène secto-divinatoire dans  »Pepito bleu » et une orgie bacchanale sur  »Cochon Ville », il y a de quoi nourrir le mythe. Avis aux adorateurs du culte bleuté, Pression Live fait gagner des places pour son concert du 3 décembre dans la belle salle du Casino de Paris. Aussi original que puisse être le chanteur, il n’est pas le seul en France à ne pas entrer dans les rangs. À commencer par Serge Gainsbourg, influence assumée de Sébastien Tellier. Le type qui brûle des billets de banque sur les plateaux TV n’a pas hésité à faire un morceau avec sa fille Charlotte, 13 ans à l’époque. Le titre du morceau ?  »Lemon Incest »… Parmi l’ancienne génération on citera aussi Brigitte Fontaine et ses paroles déjantées (il faut avoir écouté  »Welcome pingouin » au moins une fois dans sa vie), qui brille aussi en interview de par ses interventions… décousues. Et puis impossible de ne pas évoquer Philippe Katerine, l’homme aux clips déjantés, aux collants rose bonbon, à la chanson sur les moustaches…

Cours de physique

Combien de couvertures a fait Beth Ditto, et sur combien d’entre elles la voit-on nue ? La réponse est… beaucoup ! Suffisamment pour lui valoir en 2006 le titre de  »personnalité rock la plus cool de l’année » par le prestigieux magazine NME. Lesbienne et grosse, amoureuse de l’imagerie plutôt trash, la chanteuse de Gossip ne part pas gagnante dans le dur monde de la musique, d’autant qu’elle s’exprime dans un genre pas nécessairement des plus accessibles : le punk-rock indé. Et pourtant, au fil des années, des coups de gueule, des dérives stylistiques, Beth Ditto est maintenant un modèle pour beaucoup et une même une égérie pour certains, comme Karl Lagerfeld, de qui la chanteuse est très proche. Beaucoup se sont étonnés de son revirement stylistique sur  »A Joyfuyl Noise », le dernier album de Gossip paru plus tôt cette année, mais c’est pour le groupe la consécration et l’accès au plus vaste public possible. Beth Ditto en joue d’ailleurs avec beaucoup d’humour en déclarant qu’elle n’a aucun problème avec l’idée d’être aujourd’hui une marque. Elle n’oublie pas non plus de défendre ses consœurs, preuve en est avec Adele, dont la corpulence avait été un peu critiquée par son ami Karl, il ne fallut pas longtemps pour que Beth se révolte et que le styliste s’excuse. Pour aller voir notre artiste xxl préférée, rendez-vous le 4 novembre à Bordeaux.

En voilà quelques-uns qui montrent que sortir des cadres paie parfois plus que de respecter les codes. En attendant la suite, avec une nouvelle thématique, on vous laisse réfléchir aux artistes qui vous paraissent les plus déjantés.

À vos commentaires