DOSSIER : VIVE LE REVIVAL !

C’était mieux avant ! Peut-être, sauf qu’avant c’est maintenant… Cet été dans les festivals se succèdent des artistes des décennies passées, des sixties avec Bob Dylan aux nineties avec Blink-182. Sans parler des groupes plus récents qui reprennent le flambeau. Pression live fait gagner des places pour retomber dans vos plus belles années !

revival

60′s et 70′s : flower power

 »Reggae night, we come together when the feeling’s right… » Et oui, Jimmy Cliff a débuté sa carrière dans les années soixante. Même si son tubesque  »Reggae Night » date, lui, de 1983, le chanteur de reggae jamaïcain se souvient de l’époque Peace & Love et compagnie. Un petit détour au festival Ecaussystème à Gignac pourrait bien transformer cette petite ville du Lot en piste de danse géante façon vert, jaune et rouge. Le monde du reggae et son célèbre chef de file, Bob Marley, à qui on consacre un documentaire actuellement sur les écrans, n’est pas en perdition. Depuis, de nombreux artistes ont pris la relève, comme Groundation, qui sera lui aussi présent à Gignac. Dans un autre registre, sortez les lunettes noires, le chapeau et les santiags en croco, Bob Dylan est de retour. Non pas qu’il ait déjà vraiment disparu de la scène (enfin si, mais c’était entre 1966 et 1968…), mais il gagne depuis quelques années un nouveau public constitué de jeunes qui n’ont pas connu l’âge d’or de la musique, celle où Jimi Hendrix et Eric Clapton faisaient le boeuf alors que Led Zeppelin jouait quelques kilomètres plus loin. Avec l’expo qui lui est consacré à la Cité de la musique, les choses se confirment : cet homme est une légende vivante. Il sera aux Vieilles Charrues le 22 juillet, Pression Live vous fait gagner des places pour le festival. Plus d’excuses pour ne pas aller le voir ! Pour rester dans le rock, Jean-Louis Aubert, sans Téléphone mais toujours avec sa guitare, sera à Musilac, tout comme The Specials, un des groupes fondateurs du style ska. Rendez-vous du 13 au 15 juillet à Aix-les Bains. Pression Live fait encore une fois gagner des places pour l’événement, c’est Noël en été !

80′s : new wave & synthétiseurs

Non, les années 80 ne sont pas un âge maudit de la musique, malgré tout ce qu’on peut en dire. Il faudra veiller à ne pas oublier que c’est la décennie qui a vu naître les carrières solo de Michael Jackson et Prince, soit deux des meilleurs musiciens de tous les temps (ce jugement est bien évidemment purement objectif…). Loin de la pop et du funk, un style musical a également vu le jour : la new wave. Pourquoi ne pas aller voir un des groupes fondateur du genre, The Cure ? Direction les Vieilles Charrues pour reprendre  »Boys Don’t Cry » avec Robert Smith et sa bande.

Un autre groupe des années double zéro, affublé d’un double  »x’, The XX, s’inspire fortement des ambiances sombres et des synthétiseurs qui ont marqué les esprits des années 80. On conseille aux fans de la première heure d’aller se mettre au goût du jour (si ce n’est pas déjà fait ) à la Route du Rock pour voir le quatuor emmené par Jamie  »XX » Smith. Pour les adorateurs de The XX, une petite leçon d’histoire n’est jamais de trop, surtout si elle se fait en musique, courrez donc voir The Cure.

90′s : le retour du rock

Les années 90 sont un passage délicat car même si on en est sorti depuis douze ans déjà, elles sont encore à classer dans le terme de  »période transitoire ». Pourtant on parle bien de retour quand Zebda sort  »Second tour » neuf ans après son album précédent. Les toulousains sont toujours en forme et encore loin de la retraite, ils seront à Ecaussystème, tout comme Dionysos qui connaît un peu le même cas de figure puisque  »Bird’n'Roll » a mis cinq ans à voir le jour (le groupe sera aussi au Festival de Poupet). Le décennie 90 est résolument rock et voit ses artistes continuer à défendre ce style qui va de pair avec la musique populaire. Ce n’est donc pas un hasard si Rock en scène invite les Eagle Of Death Metal, les déjantés Dandy Warhols ou l’auteur de la chanson la plus célèbre de la période,  »Wonderwall ». Noel Gallagher sera lui aussi au festival parisien, pour lequel on vous fait également gagner des places. Dans la même veine, les éternels ados de Blink 182 seront à Musilac, tandis que Brian Jonestown Massacre et The Rapture seront au festival Le Rock dans tous ses états. La deuxième tendance est de lorgner côté seventies, comme le font Lenny Kravitz et Popa Chubby. A près de cinquante ans, les deux musiciens ont démarré leur carrière il y a moins de vingt ans. Le premier préfère le rock et le groove de Hendrix, Led Zeppelin ou même Prince et sera à Musilac. Le second opte pour le blues électrique façon Buddy Guy ou Luther Allison et sera au Festival du Bout du Monde le 3 août.

Il est encore un peu tôt pour parler de revival des années 2000, même si le temps passe vite et qu’il faudra bientôt s’y atteler. En attendant, on peut déjà citer quelques groupes qui ont compris la notion et qui, faute de retour puisqu’ils n’ont pas encore quitté la scène, savent de quel côté il faut lorgner pour garder le côté vintage qui va bien. A Marsatac, par exemple, 1995 n’ont pas que des années 90 le nom, ils ont aussi le flow. Erevan Tusk, découverte pop de la saison, retourne aux sources du genre pour mieux draguer les nostalgiques. A rock en Seine, on a également repéré Bloc Party fan des eighties et The Black Keys dont les sons sont directement inspirés des clubs bluesy des années 60. Enfin, aux Francos, pour lesquelles il est également possible de gagner des places, Revolver et son  »Back In Town » qui colle aux tympans procède de la même façon qu’Erevan Tusk (chronologiquement, c’est plutôt l’inverse, d’ailleurs…), et Moriarty ne demande pas mieux. Izia, elle, met les projecteurs sur le gros rock des seventies, comme Lenny Kravitz, mais en plus décharné. Jubilatoire.

À vos commentaires