LE ROCK FRANÇAIS VA BIEN, MERCI

Cet été, le rock n’oubliera pas de pointer ses cornes dans la plupart des festivals français. Si ce style a souvent été attribué aux anglophones en tout genre, aujourd’hui les Français n’ont plus rien à leur envier. La preuve.

rock_francais_546x363

Un jack vient bruyamment s’insérer dans l’ampli prêt à cracher ses ondes dévastatrices. La guitare foudroie, de ses premières notes assassines, et la voix enraillée vient brutalement déverser son flot insatiable, aussi infatigable que la fougue qui habite ces musiciens. Un show fantasmagorique comme celui-ci ne peut-être que le fruit de nos maîtres anglo-saxons ou américains… ou pas. Oui, sortons les étendards tricolores, en France aussi on fait du rock comme il se doit. Loin de renier les origines d’un style qui est né des regrettés Elvis, Buddy Holy et consorts, les groupes français s’en sont nourris pour mieux sonner. Ce qui permet aujourd’hui d’assurer que le rock à la française existe bel et bien. On peut même affirmer avec fierté qu’en 2012, il est au mieux de sa forme.

Faut-il vraiment apporter des preuves de ce qu’on avance ? Rien que pour le plaisir de se remettre en tête nos coqs en perfecto, petit tour d’horizon des sorties et du panorama frenchy. Zebda remet le couvert à point nommé avec « Second Tour », métissage et ambiance ensoleillée sont au rendez-vous. Deuxième gros poisson du moment : Dionysos, dont les tubesques « Cloudman » et « Bird’N'Roll » n’ont pas manqué d’enflammer nos oreilles tout comme leur retour sur scène a enflammé les planches qu’ils ont foulées. Ils ne sont pas seuls a exceller dans cet art, le ténébreux Daniel Darc, revenu il y a peu avec « La Taille de mon âme » s’apprête a investir les salles de son aura punk, dont lui seul a le secret.

D’autres ont choisi de délaisser la langue de Molière pour lui préférer celle de Shakespeare, du coup, ils se font aussi défenseurs de la french touch version musclée à l’étranger. Citons Pony Pony Run Run ou Stuck In The Sound, qui n’oublie jamais son petit côté électro tout autant que la fille Higelin, Izia ne s’arrête plus de citer la période mythique des seventies (en témoigne son tout récent « So Much Trouble »…). Impossible enfin de ne pas parler des désormais incontournables Shaka Ponk, à l’affiche partout, prêts à tout démonter sur leur passage, accompagnés de leur singe virtuel, « Mr Goz ». On en oublie forcément, car il y en a bien d’autres, des chevaliers dont l’armure de riffs ne fait qu’embaumer la production made in France.

Que dire de plus sur ces artistes, si ce n’est qu’ils rivalisent sans grand mal avec leurs pendants anglophones ? Peut-être tout simplement qu’ils sont tous dans de nombreux festivals, histoire de permettre au plus grand nombre de se faire une idée live de ce qui vient d’être avancé… Il suffira par exemple de se rendre au Printemps de Bourges, qui arrive très bientôt (24 avril !) et qui accueillera entre autres Revolver, Dionysos, Izia, Shaka Ponk, Skip The Use mais aussi des petit nouveaux qui ne tarderons pas à devenir grands : John Morillon, Elephanz, JeanFrançoiZe ou encore The Buttshakers. Il ne s’agit là que d’un coup d’envoi puisque de nombreux autres événements feront trembler l’Hexagone cet été, au hasard, Garorock, le festival Ecaussystème, Art Rock…

Comme Pression Live n’aime pas défendre des idées sans les assumer, on fait gagner des places pour que chacun puisse aller vérifier par soi-même que tout ce qui vient d’être dit n’est ni le fruit de notre imagination ni la résultante d’un chauvinisme accru. Plus rien n’empêche donc d’aller pogoter aux Francofolies, au son d’Arthur H, Dionysos, Catherine Ringer, Hubert-Félix Thiéfaine, Pony Pony Run Run, Zebda, Shaka Ponk, Stuck In The Sound (rien que ça…). Ça ne suffit pas ? Garorock est aussi de la partie, tout autant que Musilac et les Vieilles Charrues. Au programme pour ces derniers, toujours les mêmes valeurs sûres – sus-citées – de notre chère scène française. Pour les plus énervés type Dagoba et Headcharger, pas de soucis, le Sonisphère est fait pour ça.

À vos commentaires