Live Report : Scène Pression Live, Printemps de Bourges

J-Y Le Grand-Bréban0072-9304-Pression Live PdB-24042013

210.000 mélomanes ont vibré ensemble au son des 180 artistes qui se sont produits sur les différentes scènes, gratuites ou payantes du Printemps de Bourges.

18 de ces artistes ont donné vie à la scène Pression Live, entre son rock déluré et mélodie hors du temps.

Voici venu l’heure du bilan et le moment pour vous de vivre, ou de revivre ces 5 jours magiques !

J-Y Le Grand-Bréban0044-9242-Pression Live PdB-24042013

24 Avril, 19h. La tension monte pour les Pink Noise Party, qui s’apprêtent à ouvrir les festivités.

Sélectionné au casting « Talents du Live », le groupe en première partie de Jil is lucky conquiert le public en quelques notes. Une énergie débordante, et un son « électro rock quantique » (comme ils le définissent eux-même), et le tour est joué : le public tend l’oreille, adhère, se rapproche, se prend au rythme.

Ils n’auront pas à pâlir de leur passage, juste avant Jil is lucky et ses airs Pop Rock largement plébiscités.

Le ton de la scène est donné. Cette année à Bourges, Pression Live mettra … la pression. Malgré une invitée surprise – la pluie – les jours s’enchaînent, le rock se déchaine, et le public est conquis. La soirée du 25 sera conclue par Wankin’ Noodles. Ils vivent pour le live, disent-il. Et ils le montrent bien, ces « showmen ». Sous les spotlights rouges et les fumigènes, ils donnent de la voix, taquinent leurs instruments, et ça fonctionne : la transe est communicative, les passants se laissent avoir. Ils reviendront devant cette scène le lendemain, pour sûr.

Le 26 avril voit débarquer une joyeuse bande de cowboys sur la scène Pression Live. La pluie fait des siennes, mais ne perturbe personne : les Bow Low, qualifiés aux « Talents du Live » , nous envoient des pépites rock à la figure ! (sentiment grandissant d’autosatisfaction : fièrement, on se fait la même réflexion qu’au passage de Mother of Two la veille, on a assuré à la sélection de nos talents !). S’ensuit un show perché comme on aime, celui de Phoebe Jean & The Airforce : vêtue d’un drapeau Américain, Phoebe s’agite, mime, gesticule, une présence de feu qui crée un contraste hypnotique avec sa voix douce.


Emmitouflée dans sa fourrure, la chanteuse du groupe Aloan nous transporte aussi : sa tessiture, ses gestes psychédéliques et ses harmonies sur le flow de son partenaire chanteur nous font passer des sensations venues d’ailleurs, comme si, le temps d’une chanson, on pouvait partager leurs fêlures.
Avec son rock mélodique, Pamela Hute nous achève. On finira le voyage en fuyant avec elle sur les notes des chansons de l’album Bandit, pour mieux revenir le lendemain…
J-Y Le Grand-Br+�ban0090-9842-Pression Live PdB-26042013

Thomas Albert Francisco s’est inscrit au casting « Talents du Live » sur un « Pourquoi pas« . La sauce a pris, le public l’attendait. Il s’est régalé l’après-midi du 27 avril, emportant le public avec lui dès l’ouverture. Guitariste hors pair, il séduit par sa voix, par sa dégaine et vient nous chercher pour nous ramener dans son univers.

On y est encore, d’ailleurs, lorsque BRNS prend le relai, et nous souffle littéralement. Entre harmonie pop et sonorité rock, ils accrochent les passants et séduisent les fans qui se perdent dans ce son éthéré et énergique à la fois.

L’ambiance s’allège sur les airs rythmés de Yalta club. Des voix claires qui sentent les vacances, le soleil, l’apéro et la bonne humeur. Robes à pois, mandoline et instruments funky sortis d’on ne sait où, et ma foi… le résultat est carrément cool. On en veut encore, on en redemande, mais c’est déjà l’heure pour eux de quitter la scène, au profit de Sizarr. Quelle dégaine. Quel style. Quelle voix. Un poil rétro, un brin écorché, on se laisse vite emporter par ces trois gars d’un autre monde.
David Shaw & The Beat clôturera cette avant dernière soirée sur des rythmes sortis de l’espace.

Le dernier groupe qualifié via le casting « Talents du Live », Orange Bud entame la dernière journée du festival sur les chapeaux de roue : ça groove, ça pop, ça claque, ça bouge. Le groupe nous sort un son de toutes les influences, des harmonies pures, et une voix géniale qui se balade sur des instrus ultra maîtrisés. Un petit plaisir à suivre de près. Il ouvre la voie à H-Burns puis à Erevan Tusk, qui clôturera en beauté la scène Pression Live de Bourges 2013.

Pression Live remercie chaudement tous ces rockeurs un peu déjantés peut-être, mais définitivement doués, qui ont fait vivre la scène, et porté haut les couleurs de la musique pendant ce Festival, dont vous pouvez retrouver quelques clichés ici.

Retrouvez toutes les vidéos de la scène Pression Live à Bourges sur notre chaine YouTube

À vos commentaires