Rock en Seine : Premier récap’

Vous avez manqué le premier jour de Rock en Seine ? On descend de la terrasse Pression Live et on vous raconte !

L’ouverture s’est faite dans une douceur hard rock, les premiers festivaliers ont pris possession des pelouses… Rock en Seine peut officiellement commencer.

Les Crystal Fighters ont réchauffé la Scène de l’Industrie en nous transportant de la plage jusqu’à London ! Leurs coiffes de plume, leurs sourires et leur énergie en live nous a offert un voyage ensoleillé. Pas de déception, c’est aussi bien au casque qu’en live !

10636134_851761924847997_660209786613466639_n

Quelques gouttes tombent, mais sur la scène Pression Live, Hozier nous sort de sa botte secrète un live mélangeant soul blues et pop, qui ramène en nombre des festivaliers intrigués ! Clou du spectacle, une fin de live où les nuages s’effacent laissant passer un arc en ciel pour le plaisir des yeux, que demande le peuple ! Merci Sir Météo Hozier.

Le rock n’attend pas, on change de scène : Pour la première soirée, le prix de « je sais ambiancer les gens » revient à The Hives. Véritables showmens, les suédois connaissent la recette sur le bout des doigts pour faire remuer la foule amasser sur la Grande Scène, allant même jusqu’à faire asseoir le public pour un dernier morceau mythique ! Un vrai grand moment.

Placés au plus près des Die Antwoord, les ninjas ont littéralement  électrisé Rock en Seine. Ninja, DJ Hi-Tek et la sulfureuse Yo-Landi Vi$$er ont joué ce qu’ils savent faire de mieux un live rap-rave-électro-dub dément sur fond d’animations sombres. Un live qui nous a pris aux tripes !

dieandw

Une fois la dinguerie passé côté Scène de l’Industrie, la transition semble toute faite pour planer avec Trentemøller. Le Dj danois accompagné de musiciens nous a transporté dans son univers mélancolique sur des notes dark-electro pop… Planant on vous dit !

Pas de pause pour les Arctic Monkeys, très attendus cette année. Malgré une météo boudeuse, les gouttes de pluie n’ont pas eu raison des festivaliers qui sont restés hypnotisés.

Lyon à Paris, c’est Etienne de Crécy ou plutôt le trio frenchy de Super Discount qui a clos le festival avec brio sur la Scène Pression Live. Un set électro teinté nineties qui a bousculé la foule, on en veut encore !

Etienne de Crecy

Aujourd’hui c’est une nouvelle affaire qui commence, la pression ne se relâche pas et nous on ne va pas s’arrêter en si bon chemin pour vous faire vivre ces moments live : rendez-vous sur notre compte Instagram et Twitter pour suivre les aventures spatiales de Pression Live à Rock en Seine 2014 !

À vos commentaires