TENDANCE FESTIVALS ET FESTIVALS TENDANCES

Tous les ans c’est la même. Aux alentours du mois de mars, les programmations tombent les unes après les autres et on se retrouve noyé sous un déluge de noms et de dates à ne surtout pas manquer.

tendance_festival_546x363
Et d’avril à septembre il en pleuvra jusqu’à plus soif, des petits et des gros, avec du rock ou de l’électro, tout le monde aura sa part du gâteau, les festivals débarquent, toujours plus beaux !

Nous ne sommes qu’au début du printemps, mais une bonne partie des artistes qui fouleront les planches des scènes françaises cet été (ou aux alentours de l’été si on joue sur les mots…) a été dévoilée. La tendance actuelle prend deux partis qu’on n’a pas manqué de remarquer ; en même temps, il serait difficile de faire autrement.

Le premier est la place accordée aux stars mythiques, qui débarquent toujours plus nombreuses. Fini les sales gosses qui disent non aux vieux, maintenant le hype, c’est de savoir d’où on vient musicalement et de se réjouir du retour des Cure aux Vieilles Charrues ou encore à Rock en Seine, de Bob Dylan reçu par la Ville lumière aux Nuits de Fourvière, et autres Sting (Vieilles Charrues, Pause Guitare…). Il y a aussi les artistes qui ont décidé de ne rien faire comme les autres (et puis c’est vrai qu’il y a une vie en dehors des festivals, on a tendance à un peu l’oublier en cette période), du genre les gros groupes de hard-rock, qui même passé 60 ans restent impertinents. C’est le cas, au hasard, des Guns’n'Roses ou de Scorpions, qui lancent une tournée en pleine saison estivale et se paient juste un petit passage au Hellfest pour la bande d’Axl Rose, et à Nancy On The Rocks pour les arachnides (minute culture : oui, les scorpions sont de la même famille que les araignées, mais pas de filiation avec Spider Man, enfin…). Pour les aider à se faire pardonner de leurs écarts calendaires, Pression Live offre des places pour le passage des Guns à Toulon le 19 juin et de nos amis les arthropodes (oui, ça marche aussi) le 2 juin à Nancy.

Le second parti pris est celui de l’éclectisme. LE mot qui revient certainement le plus souvent quand on parle de la prog des festivals. On aime a penser que c’est un peu grâce à Internet, à l’ouverture vers de nouveaux univers musicaux, qu’il est maintenant possible de dire qu’on est fan de 1995 (dans le genre nouvelle sensation, difficile de faire mieux, ils seront aux Francos, à Garorock, aux Vieilles Charrues…) et en même temps se déchaîner sur Stuck In The Sound (Francos eux aussi, mais également au Rock dans tous ses Etats…) sans passer pour un schizophrène de base. Ça fait du bien à la musique, et c’est tant mieux !

Et puis quelque part au milieu de tout ça, de ces bonnes raisons de se repayer une tente (et d’emmener sa tante, qui sera super contente de voir ses idoles encore en forme, avec un peu de chance, elle paye les places pour deux), il y a les découvertes, raison d’être d’une bonne partie des festivaliers, avides de nouveaux noms et de nouvelles tendances, fraîchement sortis du garage. Un bon plan qui permet de passer pour le précurseur de service. Comment ça tu connais pas The Chase, Elephanz et The Buttshakers ? Patience, ils seront sur la scène Pression Live du Printemps de Bourges du 25 au 29 avril à… Bourges !

À vos commentaires